Que fait le Département pour les quartiers sensibles de nos villes ?

La Commission permanente réunie le 6 juillet a été le moment choisi pour exposer la forte contribution du Département des Hauts-de-Seine à la politique de la ville dans les quartiers prioritaires.

Précurseur dès les années 1990 avec le Pacte 92, le Département des Hauts-de-Seine a joué un rôle de premier plan dans la mise en oeuvre de la politique de la ville de 2007 à 2014 à travers le financement d'actions et de projets portés par les villes et les associations : 22,14 millions d'euros. Aujourd'hui il veut poursuivre cette action et  améliorer encore la lisibilité, la cohérence et la coordination tant avec les communes et l'Etat, qu'au sein même du Départemen entre ses différents Pôles.

La réforme issue de la loi du 21 février 2014 a revu les quartiers susceptibles de bénéficier d'un contrat de ville.

Dans notre circonscription, sont retenus comme "quartiers prioritaires" (ceux dont les habitants disposent d'un ressources annuelles inférieures à 60 % d'un revenu médian de référence) : d'une part le Noyer Doré à Antony (3 250 habitants), d'autre part la Cité Jardins à Châtenay-Malabry (6 920 habitants).

Le quartier des Bas-Coquarts à Bourg-la-Reine et celui des Blagis à Sceaux sont sortis du dispositif mais peuvent conclure des contrats de "veille active".

La loi prévoit que les habitants devront être étroitement associés à la construction et à la mise en oeuvre de la politique de la ville à travers la création de "conseils de citoyens".

L'Etat a défini les 3 piliers de cette politique de la ville :

  • la cohésion sociale,
  • le développement économique et l'emploi,
  • le cadre de vie et le renouvellement urbain.

Le Département propose aux communes 3 axes d'intervention complémnentaires, en cohérence avec ses compétences obligatoires :

  • l'insertion des publics en difficulté (sociabilisation, apprentissage de la langue française, formations pré-qualifiantes), 
  • la réussite éducative et la lutte contre le décrochage scolaire, en particulier des collégiens,
  • un 3ème axe proposé par la Commune, en fonction de son territoire et de ses orientations propres.

Un Comité de pilotage se réunit deux fois par an pour assurer le suivi et l'évaluation de la mise en oeuvre du contrat.

Pour le Noyer Doré à Antony, la Commission permanente a voté une enveloppe départementale de 145 073 € :

  • 89 740 € pour l'insertion de publics en difficulté,
  • 46 233 € pour la réussite éducative et le décrochage scolaire,
  • 9 100 € pour le "vivre ensemble" et la préservation du cadre de vie.

Pour la Cité Jardins à Châtenay-Malabry, la Commission permanente a voté une enveloppe départementale de 283 971 € :

  • 142 800 € pour l'insertion des publics en difficulté,
  • 54 500 € pour la réussite éducative et la lutte contre le décrochage scolaire,
  • 86 671 € pour le "vivre ensemble" et l'acès à la culture.

Consulter l'ordre du jour de la Commission Permanente du 6 juillet 2015 et la Synthèse des débats

 

Ajouter un commentaire